© 2017 chbegue tous droits réservés
Les écoles

 

 

Les écoles


Enseignement primaire et laïque ; la première école date de 1675, elle appartenait à l’instituteur ou était louée par lui ; l’école actuelle des garçons, la seule appartenant à la commune, a été construite en 1838, celle des filles a été fondée en 1877, toutes deux sont en mauvais état et malsaines.

Le premier instituteur connu d’après les registres de l’état civil est Claude Carlier de 1675 à 1680.

De 1680 à 1719, Jean Housset a continué, après le sieur Carlier les fonctions de maître d’école.

De 1719 à 1732, Pierre Lame ; il a écrit les livres de chant à l’usage du curé.

Du 23 janvier 1732 au 3 septembre 1764, Alexis Vallet, mort à 64 ans.

Il n’est fait aucune mention concernant la nomination ou le traitement de ces quatre instituteurs, ils ne figurent à l’état civil que comme signataires des actes.

De 1764 à 1820, Antoine Durin, cler laïque pendant 60 ans. Ce n’est que 30 novembre 1812 qu’apparaît pour la première fois une nomination comme instituteur primaire du Recteur de l’Académie.

Cette nomination exigeait qu’il bornât son instruction à l’enseignement de la lecture, de l’écriture et des premières notions de calcul. Le traitement de cet instituteur se composait ainsi qu’il suit :

   -D’un pichet de blé par ménage, et d’un demi pichet par maison habitée par une veuve.

   -De 12 sous par chaque ménage.

De 1820 à 1835, Jean Joseph Delahaye ; il succède à Mr Durin, malade, à la condition qu’il distraira de son traitement en faveur de ce dernier 20 pichets de blé par année jusqu’au décès de Mr Durin.

Le sieur Delahaye a obtenu son brevet de capacité le 01 octobre 1822.

Une délibération du Conseil municipal du 15 mai 1828 fixe ainsi qu’il suit le traitement de l’instituteur :

   -Des habitants : -26 litres de blé méteil par ménage complet et seulement 13 litres par maison habitée par une veuve.

                                 -60 centimes par chaque ménage.

   -De la commune : -40 francs pour l’indemnité de logement

                                    -20 francs pour son traitement de greffier

                                    -36 francs pour la conduite et l’entretien de l’horloge

   -Rétribution scolaire :- 30 centimes pour les élèves qui commencent

                                           -40 pour ceux qui sont au syllabaire

                                           -50 pour ceux qui commencent à lire

                                           -60 pour ceux qui sont avancés dans la lecture

                                           -75 pour ceux qui écrivent et calculent

Dans une autre réunion du 18 août 1833, le Conseil municipal a opéré une rectification au traitement de l’instituteur au lieu du blé qu’il recevait dans chaque maison, il lui fut voté un traitement de 500 francs équivalent aux 26 litres de blé par ménage. Il a continué à percevoir la rétribution mensuelle citée avant.

En 1834, Mr Delahaye ayant donné sa démission, les sieurs Demont Nicolas et Padoye Casimir furent présentés par la commune devant le comité d’instruction de l’arrondissement de Soissons. Padoye fut élu par ce comité, mais sa nomination n’ayant pas été confirmée par le Ministre de l’instruction publique, Mr Demont, qui depuis dix mois exerçait les fonctions d’instituteur libre dans la commune, fut de nouveau proposé par le comité local au comité supérieur de Soissons et cela malgré l’opposition du desservant de Ciry soutenu par l’évêché de Soissons, une lettre d’un grand vicaire, plus tard Monseigneur Garsignis, confirme cette opposition. L’élection comme instituteur de Mr Demont a excité de grandes divisions entre l’autorité civile et l’autorité ecclésiastique. Enfin Mr Demont fut nommé instituteur communal, il exerça cette fonction de 1835 à 1838.

De 1838 à 1877, Louis Auguste Laplace ; il fut nommé par le comité supérieur d’instruction de Soissons. Pendant près de 40 ans il exerça honorablement et avec zèle les modestes fonctions d’instituteur à Ciry-Salsogne.

De 1877 à 1879, Berthe Eugène.

De 1879 à 1880, Simon Jean.

De 1880 à 1888, Lécart Edmond

Ce n’est que depuis le 9 avril 1877 que les deux sexes sont séparés.

Institutrices :

Du 9 avril 1877 au 01 octobre 1879, Mlle Bouchez

Du 01 octobre 1879 au 01 octobre 1880, Mme Paulus née Lemoine

Du 01 octobre 1880 à 1888, Mme Lécart née Lamy



 

Ciry 1904