© 2017 chbegue tous droits réservés
La sucrerie

LA SUCRERIE

   Fondée par Antoine de Pompery en 1835; dirigée ensuite par Mr Aubineau.

   1836: La sucrerie d'Antoine de Pompery tourne à plein régime.

   1855 : Etablissement d’une conduite d’eau du ruisseau du Blocq à la sucrerie. Pour alimenter cette dernière, on installe un glissoire dans la Martroy reliant directement les champs du plateau à l’usine et qui fut ensuite complété par une locomotive 031T Decauville type 10 en 1902.

   1er mai 1863 : Mr Aubineau se rend acquéreur de la sucrerie. Le premier transbordeur aérien (câble avec des wagonnets) de betteraves en France fut installé par ses soins pour relier le plateau du soissonnais et remplacer ainsi la descente en auget de la Martroye et libérer les chemins d’une dégradation inévitable.

En 1888, la sucrerie de Salsogne au moment de la fabrication occupe 20 à 25 ouvriers, payés en moyenne, les hommes 3 francs et les femmes 2,50 francs par jour.

   13 juin 1896 : Un incendie dévaste l’usine. Mais son ardent directeur pu la remettre en marche en octobre suivant.

   Entre les deux guerres, Mr Beauchamps (propriétaire de la sucrerie de Bucy) persuada les propriétaires des sucreries et râperies détruites de fusionner: Milempart à Villeneuve St Germain, Pommiers, Ciry, Berny-Rivière, d'en créer une unique à Bucy. Le 06.08.1921, est fondée la SDS.

                                             Début du XXè siècle

   


   Après guerre, la sucrerie reste quasi inoccupée; à part en 1944. Après la libération de la commune, environ 200 GI's américains y restent en cantonnement quelques temps.

   Après ce second conflit mondial, les agriculteurs du soissonnais qui veulent se lier à une industrie ont plusieurs possibilités: les firmes privées ou la Société Industrielle de Transformation des Produits Alimentaires (SITPA). C'est sur le site de Ciry-Salsogne que sera inventée la purée en flocons.

   A la fin des années 60, la SITPA (devenue filiale de Nestlé) abandonne la sucrerie désaffectée qu'elle louait depuis 1952 pour Braine où elle construit une usine destinée à fabriquer ces paillettes déshydratées de pomme de terre: la purée en flocons.