© 2017 chbegue tous droits réservés
1939-1945

Seconde Guerre mondiale

   L'histoire n'est qu'un perpétuel recommencement...

   Le I/99è RIA débarque le 16 mai 1940 à 16h00 sous la protection de quelques avions de chasse et part prendre position au sud de Vailly.

   Le III/99è RIA rejoint Ciry à pied.

   Dans la nuit du 1er au 2 juin, la 3è Cie du 36è BCC s'installe à Salsogne: 16 chars FT Renault.

   06 juin 1940, la 17è batterie du 202è RALD arrive à Ciry-Salsogne, se repliant d'Aizy-Jouy. Elle s'installe aux emplacements d'artillerie de 1914. La 16è batterie suit de peu.

   Le Capitaine Pinon du 202è RALD fait la route seul et à pied de Celles à Ciry. Il rencontre de petits groupes de légionnaires, la plupart Espagnols, armés mais sans munitions; ils sont le long de la route ou sous des bosquets d'arbres. Il leur donne l'ordre de se rendre à Ciry-Salsogne. Le Lieutenant commandant ces légionnaires est placé au carrefour nord de la gare de Ciry.

   Une pluie d'obus allemands tombe sur la gare et la voie ferrée, sans la moindre efficacité.

   Au cours de la nuit du 06 au 07 juin 1940, les 16è et 17è batteries du 202è RALD quittent Ciry-Salsogne pour Serches.

   Le 07 juin 1940, des cavaliers du 13è Groupement de Reconnaissance de Corps d'Armée subissent un accrochage difficile. Ils reculent devant le nombre d'Allemands; vers Ciry, en longeant la Vesle. Arrivés près de Quincampoix, ils tombent nez à nez avec une unité allemande. Ils ont juste le temps de jeter leurs armes dans la Vesle avant d'être fait prisonniers.

   Raymond Brocheton, de Ciry-Salsogne, 2e Classe au 135e RI est prisonnier de guerre en Allemagne.

   Après la libération de Ciry-Salsogne, le 29 août 1944, environ 200 GI’s américains restent en cantonnement quelques temps dans l’ancienne sucrerie.

   Depuis quelques mois, la gare de Soissons est devenue un centre de répartition des munitions. Le 25 décembre 1944, vers 11h00, un avion allemand, seul, tourne dans le ciel de Soissons. Il lâche une bombe sur la gare et effectue un second passage en tirant une rafale de balles incendiaires. S’en suit une série d’explosions et un embrasement extraordinaire des centaines de wagons en stationnement. Quelques cheminots présents et des tankistes américains aidés de leurs chars détachent des wagons et les entrainent loin du sinistre.

Deux locomotives sont enfin prêtes. Un train de 30 à 40 wagons part pour Ciry-Salsogne et un second pour Berzy.

 

 

   Mr Galimand Georges, né à Ciry-Salsogne le 18.01.1921 est déporté et mourra à Buchenwald, le 11.04.1945.